in

Connaissez-vous Borges ?

Mi Buenos Aires querido ♫

Il était une fois en Argentine, un type qui avait lu tous les livres. L’air débonnaire et humble du grand-père idéal, l’œil qui dit merde à l’autre, accessoire indispensable de celui qui a passé sa vie à lire et, même accroché à sa canne, l’air plus vif et fringant que n’importe quel jeune premier un soir de bal.

Jorge Luis Borges
Prince de la ville

Je viens de faire quelque chose de honteux : je vous appâte au folklore pour vous vendre de la littérature. J’ai honte moi-même de mes vieilles techniques de camelot. Pour ma défense, il faut dire qu’elle est tentante la gueule (au sens gombrowiczien, pédanterie quand tu nous tiens ! (Je vous parlerai de lui aussi un jour, il en vaut le détour)) de l’illustre Argentin. Alors qu’on me pardonne, toutes les techniques sont bonnes pour faire lire Jorge Luis Borges. 

Jorge Luis Borges
“T’es sûr qu’il faut mettre un chat ?
-Vas-y, c’est vendeur !”

Témoin sud-américain du très excité XXe siècle, Borges a consacré sa vie à la littérature. Ses œuvres nous baladent dans ce qui ressemble à des labyrinthes métaphysiques. Dans les univers qu’il dépend, rien n’est univoque, rien n’est arrêté et définitif,  les frontières s’estompent et, sans qu’on puisse vraiment parler de fantastique, on oscille toujours entre rêve et réalité.

Dessin de Xul Solar, ami artiste de l’écrivain

Il faut préciser que l’auteur est le grand maître de la nouvelle. Courtes mais d’une intensité puissante, on passerait une vie à décortiquer chacune d’elles. Pourtant, c’est là que le charme opère, ces histoires gardent cette apparence de petites choses sans importance. Borges l’affirme dans une préface, il veut écrire pour tous et en aucune façon pour une petite élite intellectuelle qui se rêverait autosuffisante. Il y a de la malice jusque dans cette affirmation, l’auteur ne pouvait ignorer que ses textes seraient principalement lus par ce public en particulier. 

Jorge Luis Borges

Mais c’est à tort qu’on verrait son œuvre comme lointaine et inaccessible. Certes, on ne lit pas Borges comme le petit Spirou mais la densité et la légèreté cumulées qui caractérisent les textes et leur auteur permettent de nombreux niveaux de lecture. Je vous encourage donc à vous frotter à son univers et pour commencer, allez voir du côté de deux de ses recueils : Fictions et Le livre de sable, avec une nette préférence pour le premier. J’aurais pu ajouter Aleph mais ce dernier mérite une lecture plus approfondie et je ne pense pas qu’il soit la meilleure entrée dans l’univers borgesien.

            

La lecture de Borges permet aussi de comprendre l’évolution et le caractère particulier de l’immense et fascinante littérature sud-américaine. Gagnez du temps, commencez par le commencement !

À l’origine était le verbe, suivi de près par Jorge Luis…

Jorge Luis Borges
Mais quel est le c** qui vient d’écrire ça ?!

> Acheter du Borges sur Amazon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le défi #4 : 1 mois, 50 pompes

Des nouvelles des meilleurs rappeurs de leur génération