,

Le défi #1 : mon mois de février végétarien

Un mois, un défi, voilà le pari que je me suis lancé pour cette année 2017. Comme mon niveau de bravoure était proche du néant au mois de janvier, je me suis dit que commencer par le mois le plus court de l’année serait la meilleure solution. Premier défi : 28 jours végétariens.

légumes mois végétarien

J’ai découvert il y a quelques mois la chaîne Autodisciple, mise à jour par Raj. Sur celle-ci, j’y suis principalement ses défis de 30 jours. Le concept est assez simple, on se lance un défi de 30 jours dans le but d’expérimenter une manière de vivre différente de son quotidien habituel. J’avais été assez marqué par quelques-uns de ses défis (30 livres en 30 jours30 jours vegan sans sucre et sans glutenJe dis OUI à tout pendant 30 jours !) et en suis arrivé à un constat : pourquoi est-ce que je n’essaierais pas ?

L’idée pour ce premier mois était de commencer par un défi qui changerait mon quotidien sans pour autant me mettre HS dès le début de l’année. De là vient mon idée de 28 jours végétariens et non végétaliens, on garde les œufs et les produits laitiers. Je suis habituellement un bon mangeur de viande. Jusqu’à aujourd’hui, un plat se résumait plus ou moins à une viande et son accompagnement (féculents, légumes, etc.) pour moi. Même quand j’étais un peu à la dèche et que je mangeais des pâtes, je ne pouvais pas m’empêcher d’y ajouter des petits lardons par exemple.

Semaine 1

Contrairement à ce que j’ai pu lire sur d’autres articles de ce type, la première semaine a été pour moi la plus compliquée.

Comme je ne m’étais pas spécialement préparé, l’étape supermarché est plutôt difficile : pas de viande, de charcuterie et de fruits de mer. Je fais donc plus ou moins les mêmes courses que d’habitude sans ce que je me refuse maintenant pour 28 jours.

supermarché gosling

Arrivées l’heure des repas, je n’ai aucune idée de quoi cuisiner. Je me vois mal manger du riz, des pâtes, des pommes de terres ou des légumes sans accompagnement. Je compense donc avec de la crème, du fromage et des sauces : couscous à la sauce tomate, riz aux champignons et à la crème, pâtes au fromage, etc. Ça va deux ou trois jours… mais après plus moyen de trouver des idées.

Pour compenser tout ça, j’essaye de trouver des restaurants qui proposent des plats végétariens. Et c’est là qu’on se rend compte à quel point la viande et le poisson sont ancrés dans notre culture culinaire. A part une adresse dans ma ville de taille moyenne, il m’est impossible de trouver mon bonheur en allant manger dehors. Tant pis.

Semaine 2

Malgré le coup de mou de la première semaine, j’attaque la seconde plus motivé que jamais. L’étape des courses arrive et je m’y suis un peu plus préparé : carottes, pesto, oignons, plus de fruits que d’habitude, haricots, etc. pour attaquer ma semaine un peu plus sereinement. Tout se déroule parfaitement pendant la semaine, j’arrive même à dîner à l’extérieur un soir, je ressens un peu moins la faim que la semaine précédente… bref, c’est une réussite. Le seul point négatif : je mange plus de pâtes et de riz que d’habitude pour compenser l’absence de viande et ne pas avoir faim.

Mais le plus compliqué arrive au moment du week-end puisque je pars sur deux jours à St-Malo et au Mont St-Michel. Quand je voyage, je n’aime pas cuisiner et dans ce cas précis je n’en ai pas la possibilité puisque je n’ai pas de cuisine à disposition. Les recherches pour manger végétarien sont assez difficiles sur le week-end mais le combo pizza, omelette de St Michel et gros tea time permet de sauver le défi.

Semaine 3

La semaine commence très mal. J’interviens avec mon asso dans un centre de loisirs et je n’ai pas anticipé correctement l’étape cantine du midi. Boom… pizza ! Bon, ben pas le choix… Je ne referai pas la même erreur.

pizza breaking bad

Sur le reste de la semaine j’arrive à éviter tous les pièges et je me mets à fonds dans la cuisine. Petits plats, j’invente même mes propres recettes et sur le week-end, alors que je suis invité à un nouveau repas de groupe, j’arrive à me démerder à manger végétarien en gros. J’oublie très vite mon erreur du lundi et tout semble rouler.

Semaine 4

J’attaque la dernière semaine et je me sens complètement à l’aise. J’ai parfaitement adopté ce nouveau mode de fonctionnement et je ne me pose plus de question. Je cuisine sans problème, je sors au restaurant indien et j’arrive à me débrouiller pour manger sans viande… c’est clairement une réussite. Et c’est là la grande force de ce défi, je découvre des plats que je n’aurais jamais goûté en temps normal.

plat végétarien - food wars

Le bilan de ce mois végétarien

Après ce mois végétarien, voilà ce que je retiens :

  • avec un peu de volonté au départ, il n’est pas si compliqué que ça de manger sans viande
  • j’ai fait des économies sur mes courses
  • j’ai l’impression d’avoir mieux dormi et d’avoir été moins fatigué pendant ces 28 jours
  • j’ai beaucoup plus pris le temps de cuisiner qu’habituellement
  • j’ai fait de chouettes découvertes culinaires
  • c’est la grosse galère de manger au resto quand on est végé
  • les gens sont finalement plus compréhensifs que ce que j’imaginais et beaucoup semblaient intéressés

Nous sommes maintenant au mois de mars et je mange de nouveau de la viande. J’ai par contre grandement diminué les quantités. Je pense que je mangerai désormais moins de viande même si déguster une bonne pièce de viande reste toujours un plaisir. A l’avenir je tenterai de privilégier la qualité à la quantité.

4 Comments

Laisser un commentaire
  1. Ce genre de défi est vachement intéressant et motivant pour faire la même chose à vrai dire haha (pas pour le côté végétarien, je le suis déjà, mais pour le côté nouveauté tous les mois)! J’attend désormais le mois suivant avec impatience et je vais peut-être m’y mettre également. 😉

  2. C’est sympa ce genre de défi !
    Pour le côté végétarien, ne mangeant déjà presque pas de viande (je suis plutôt poulet et poisson), je pense que ce ne serait pas trop un problème… Par contre le chéri qui ne mange pas du tout comme moi ne pourrait pas.

    • Je pensais aussi que c’était irréalisable et finalement ça l’a fait. La première semaine est compliquée parce qu’on change complètement ses habitudes mais après ça roule.

  3. Pas simple de sortir de sa zone de confort, j’essaye depuis peu de réduire notre consommation de viande mais monsieur freine des 4 fers, il y a encore du boulot mais je ne lâche pas l’affaire 😉

2 Pings & Trackbacks

  1. Pingback:

  2. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *